2   32
4   21
1   24
0   21
2   32
0   18

Avant le premier vol…

Second épisode de la série « Bubu fait mumuse avec son nouveau joujou », je vous présente les différentes étapes que j’ai du passer avant mon premier vol en drone.

Avant toute chose, il faut savoir qu’en France l’utilisation d’un drone est réglementée. Devant le nombre grandissant de détenteurs de drones, les autorités françaises ont mis en place un certain nombre de règles auxquelles on a l’obligation de se soumettre. Ainsi, depuis le 26 Décembre 2018, il est nécessaire, en cas d’utilisation d’un drone de plus de 800g (c’est le cas de mon Mavic 2 Pro) de suivre une formation spécifique. Fox AlphaTango, un portail internet géré par la Direction Générale de l’Avion Civile, dispense gratuitement la formation. L’obtention du certificat se fait en à peine une heure, le temps de prendre connaissance de la vingtaine de vidéos et de passer le test final, un Q.C.M. de vingt questions. Rien de compliqué, même s’il m’a fallu m’y reprendre à trois fois pour faire un sans-faute à l’examen !

La dernière étape consiste à enregistrer son drone. Tout se passe sur le portail AlphaTango, qui diffère de celui dédié à la formation. On y remplit un formulaire avec le type de drone, son numéro de série, son poids, ses capacités en photo et pilotage automatique… jusqu’à l’obtention d’un numéro d’enregistrement. Tout ceci est très sérieux ! La législation française veut en effet que tout pilote de drone de plus de 800g soit être en mesure de présenter, sur demande, le certificat de formation et celui d’enregistrement du drone. Il est par ailleurs nécessaire d’apposer, directement sur le drone, et de manière visible, le numéro d’enregistrement qui a été délivré.

Mais les choses ne s’arrêtent pas là puisqu’il faut également prendre en compte, et ce avant et en cours de vol, la carte des restrictions pour drones de loisirs qui référence sur tout le territoire les zones affectées par des restrictions ! On n’a clairement pas le droit de volet partout et très nombreuses sont les zones interdites !

Comme l’attestent les sanctions encourues en cas de manquement, faire voler son drone est une affaire des plus sérieuses ! Voler à une altitude inadaptée, ne pas garder son drone de vue, l’utiliser dans l’espace public en agglomération, survoler des sites sensibles ou ne pas respecter la vie privée d’autrui est passible de peines d’emprisonnement ! Les amendes peuvent quant à elles aller jusqu’à 75.000€ ! Autant vous dire qu’il n’y a pas matière à prendre tout cela à la légère…

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous recherchiez quelque chose?